Alimentation et Diététique : On n'échappe pas aux modes
cuisine et alimentation 23/10/2015

Alimentation et Diététique : On n’échappe pas aux modes et elles se rejoignent rarement

La cuisine classique, la nouvelle cuisine, la cuisine moléculaire, la cuisine fusion, ce qui nous met à table ou derrière les fourneaux traverse des modes multiples et il en est de même pour la diététique. Comment s’y retrouver ? Comment acheter, cuisiner, consommer en « meilleure connaissance de cause » ?

PREMIER REPERE : DOUTER DES MODES, QUI SE DEMODENT…



Concernant l’alimentation, on aura presque tout vu, jusqu’à « la prochaine « nouveauté » : montée en puissance du fast food dans les années 70, religion du « slow food » dans les années 90 ; gastronomie plantureuse de l’après- guerre, délogée par la toute- puissance du « light » à la fin des années 80, et le zig –zag de nos lanceurs d’innovation gastronomique nous donne le tournis.

En matière de diététique, tout a beaucoup bougé, sans lien, pour autant avec les tendances alimentaires : on nous a dissuadé depuis longtemps du « trop gras, trop sucré, trop salé » mais sans nous épargner les discours contradictoires. Comment s’y retrouver dans la saga des « oméga » ? LE 6 qui fait du mal mais sans lequel nos précieuses cellules ne peuvent pas synthétiser le 3 qui leur fait du bien ?…On nous dit même aujourd’hui que le cholestérol, le mauvais, serait finalement bon – à dose raisonnable, certes, – pour notre métabolisme ! Qui croire ?


framboise fraise

DEUXIEME ETAPE : TROUVER A QUI FAIRE CONFIANCE.



Dans cette confusion qui est souvent culpabilisatrice et au milieu de cette « cacophonie alimentaire », il est difficile de trouver ses inspirateurs. Les sociologues indiquent qu’en tant que consommateurs, nous subissons 3 influences : les médecins, le milieu social / familial et la publicité .Il semble que ce soit cette dernière qui impose ses vues : ainsi un récent sondage a mis en évidence que le lien entre alimentation et santé n’est perçu comme fort que par 15% de nos concitoyens – contre 22% il y a 12 ans !- En un siècle la part des lipides dans notre alimentation est passée de 16 à 42%.

Il faut aussi admettre que nos attentes sont un tantinet contradictoires : la diversité alimentaire – donc des approvisionnements géographiquement dispersés, la sécurité sanitaire – donc des lavages et autres traitements « pas toujours bios »…, des prix attractifs – donc une incitation au productivisme qui nous éloigne des bons produits de terroir…

Et si, finalement, les meilleurs guides redevenaient bon sens et conscience citoyenne ?


fruits confits



TROISIEME ACTE : INVENTER UNE NOUVELLE VOIE.



Il semble pertinent, en effet, de sortir d’un schéma où le citoyen se borne à solliciter l’intervention institutionnelle alors que les sondages démontrent la confiance très limitée qu’il lui confère. Les récents et retentissants scandales alimentaires ont largement entamé sa crédibilité.

Sortir du pouvoir absolu de la grande distribution, retrouver le « fait maison », intégrer davantage la convivialité dans nos rites sociaux sont autant de facteurs qui permettent de concilier alimentation saine et responsabilité citoyenne. C’est ce qui nous engage sur la promotion d’une agriculture respectueuse de l’environnement et sur le rejet de la « malbouffe ».

Il s’agit d’un principe de bon sens : consommer de tout un peu et surtout des produits de saison dont on identifie les producteurs. Ce n’est, bien sûr, pas un refuge dans une conception passéiste : internet et les réseaux sociaux permettent aujourd’hui de se fournir grâce à des circuits courts tout en identifiant, avec précision, les produits de qualité et les terroirs. Cela fait de chacun d’entre nous l’acteur de nouveaux modes alimentaires.

C’est là la clé d’un confort alimentaire aux bienfaits tant physiques que moraux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


Articles similaires